13 octobre 2016

2016 s'achève ainsi...

Nous avons accueilli cette année des p'tits nouveaux, et quelques anciens.
La qualité des créations qui naissent, évoluent ou se perfectionnent ici ne font que renforcer nos convictions :
il y a une belle scène à l’œuvre dans le spectacle européen, des personnes pour qui leur art est leur vie et qui ne sont pas prêts à le prostituer, l'amoindrir ou l'arranger vilement pour rentrer dans des petites cases. Ces artistes intègres sont courageux et nous les soutenons de tout notre cœur.

(Neil D.)

Ainsi, cet été marqué par de super chouettes concerts et de rocambolesques sorties de résidence, a aussi vu naître un concept de résidences partagées : un temps de travail et de plaisir mutualisés entre plusieurs projets. Cela tout naturellement, à l'initiative des compagnies elles-mêmes.
Cela a permis une énergie folle d'habiter le lieu, aux protagonistes d'échanger, de s'entraider (regards extérieurs, technique...) entre professionnels, ce qui peut avoir un côté rassurant selon l'étape de travail dans laquelle ils se trouvent.
Nous vous remercions de votre indéfectible confiance et de ces joies partagées, d'êtres ainsi que vous l'êtes, ces poètes du corps et de l'esprit.

Ah oui, tout ça pour dire que nous n'accueillerons plus de résidences avant le Printemps prochain, Printemps à partir duquel nous officialiserons les résidences dessin/plastique en partenariat avec l'asso Sérigrafisch. Ben oui, un grand gîte et un beau dôme de sérigraphie sur le même terrain, fallait bien que ça donne quelque-chose!

(crédit photo : Louise Lorthe)
Et maintenant ... place aux jeux!
En effet la traditionnelle annonce de fin de saison, l'annuel bilan (on s'est abstenu de vous parler de la pluie et du froid pour ne pas êtres redondants et on a préféré vous parler de vous, enfin d'eux parce qu'on est contents et qu'on les aime) est aujourd'hui accompagnée d'une note pas triste et qui ouvre la perspectives de joyeuses retrouvailles/rencontres :
Nous honorerons cette année encore la réputation que nous valent de nombreuses fêtes endiablées au Riuff avec un Réveillon ce 31 Décembre.
On vous en reparle!
En attendant, notez dés à présent le thème donné par le titre de ces réjouissances :
Le NOUVEL ANimal!!!
A vous de rivaliser de créativité pour nous arranger un costume digne des pires chimères homériques, on vous attend!


26 juillet 2016

L’AULULAIRE jeudi 28/07 à 19h!

Oui, on vous prévient toujours au dernier moment, on sait! Venez régaler vos sens, papilles comprises lors de cette représentation de :
L’AULULAIRE
Forme courte (20mn), théâtre physique et d'objets - tout public, du moment qu’on aime la soupe!
Compagnie « Ragoût de Langue », conception, écriture et construction : Céline Schmitt, Ivon Delpratto.



« Tout est soupe ! (...) A cette vision, Rambaldo sentait que la tête lui tournait. (...), peut-être le monde n'était-il qu'une immense soupière pleine d'un brouet sans consistance où les choses mijotaient, se diluaient et se fondaient les unes dans les autres. » Italo Calvino, Le Chevalier Inexistant

L'Aululaire, c'est l'autre nom de la marmite. Ça sonne comme « tralalère » ou le nom d'un petit doigt qui gratte l'oreille... A l'origine, marmite signifie « hypocrite », aussi fourbe qu'un chat. C'est parce qu'elle est fermée et qu'on ne voit pas ce qu'il y a dedans qui mijote, contrairement à la poêle... Humide, sombre, étouffante, on redoute de tomber dedans comme en enfer...
L'Aululaire est d'abord né de la rencontre avec un objet à la fois usuel et insolite : une grosse marmite de 100 litres au potentiel visuel et sonore qui semble sans limites ainsi que de l'envie de questionner, expérimenter et touiller cette soupe épaisse d'espace dans laquelle on est tous plongés en permanence.

14 juillet 2016

Le Riuff fait son Nouvel An : le 6 Août! Mais oui mais non!!!

Mise à jour :
Bah finalement on voit bien qu'organiser un événement en plein été c'est autre chose, la plupart d'entre vous -dont les groupes- ont d'autres impératifs et, c'est vrai, on vous a prévenu un peu tard. Donc pas de GROSSE TEUF mais un charmant weekend entre nous, ça on sait faire! On ne vous chassera pas si vous venez : pizzas, bières et rocambolesqueries, le tout maison, seront au rendez-vous
Un coup d'fil ou un mail quand-même, qu'on baisse le pont-levis pour votre arrivée! Bisous!
 ----------------------------------
Hello à tous!
Ben voilà, on s'est dit que ça serait bien de vous prévenir quand-même...
Comme chaque année vous êtes nombreux à attendre notre signal pour vous ruer tout feu tout flamme avec vos plus beaux habits sur les routes et nous rejoindre à l'occasion des fameux Nouveaux Ans et fiestas Pommes/Canal du Riuff (pas systématiques, notez-le), nous avons décider de vous offrir encore une fois ces réjouissances.
Suivant de près le concert des SLUGS et EARLY PUPPETS, nous organiserons une PEKNO PARTY le week-end du 6 Août.
On compte sur vous pour aller rafraîchir vos chapeaux de paille et chemises à carreaux au pressing!
Il y aura également du chantier dans l'air...

Bientôt plus d'info, une belle affiche tout ça tout ça...
A très vite!

10 juillet 2016

Ce jeudi! sortie de résidence EFEXEM : danse/manipulation d'objets.


A l'issue d'une résidence de trois semaines, Xavi Moreno, Federica Porello et Marine Broise présentent Wewood à la Ferme ce jeudi 14 Juillet à18h.
"Une partition musicale pour trois interprètes et 31 objets indéterminés qui vont nous faire découvrir d’imprévisibles situations, relations et créatures animées."



"WEWOOD a commencé par une série de rencontres entre trois danseurs à la recherche d’une grammaire du mouvement dont le vocabulaire se compose d’explorations purement physiques et de la manipulation d'objets.
Xavi, Federica et Marine se sont connus dans un “Laboratoire” mis en place entre 2011 et 2013 par Merlin BORG.
Depuis 2015, nourris par cette expérience, ils se retrouvent pour cultiver cette recherche de langages hybrides à la croisée du corps et de l'objet se concentrant désormais sur le développement d’outils pour l'improvisation et la manipulation d'objets d’où ressortent deux axes de travail essentiels : développer une pratique qui rassemble ces deux disciplines et utiliser cette pratique comme un langage commun pour l'écriture d'une dramaturgie découlant de partitions improvisées qui laissent à l'interprète une liberté de réaction spontanée du mouvement."